Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Go Further - Team Content
Click here to read stories submitted by your colleagues and to submit your own stories!
Related Materials
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 Ford of Canada Helps to Leave Diabetes in the Dust

DATE: Will be calculated from "Release Start Date" field.

​OAKVILLE - On your mark, get set, help leave type 1 diabetes (T1D) in the dust – which is exactly what almost 400 runners did on Saturday, April 28, 2012 at the Ford Race to End Diabetes in support of JDRF.  The run - which took place in Oakville, Ontario and is in its second year - raised over $40,000 to help fund world-class diabetes research in southern Ontario.

Although the weather was a bit overcast and chilly, the fast/flat 5km route was once again a hit with trained runners, recreational runners and walkers alike.  A crowd of Ford employees, along with friends and family, bundled up and came out to Coronation Park the official start/finish area for the race. Paul Monjanel, president of Ford Credit Canada, was at the event again this year and sounded the horn to officially start the race.  Bob Eaton, VP of Finance for Ford of Canada, was on-hand for his first Ford Race to End Diabetes and said a few words on behalf of Ford to help kick things off.  Kevin Flynn, MPP for Oakville; Pam Damoff, Oakville Ward 2 Town Councillor and Dave Gittings, Oakville Ward 3 Councillor also participated.

“Ford of Canada is proud to be the title sponsor of the event again this year.  JDRF is a great organization and is one that Ford supports on a global level,” said Bob Eaton, VP of Finance, Ford of Canada.  “Along with JDRF, we asked for your help in raising funds because we care about the communities we live in, the people we work with, our family and friends. The great support and participation from this event showed how committed the Ford of Canada team is to this cause.”

A big thanks goes out to everyone who supported this event: people who passed along race information to other runners, tweeted about it or posted a note on their Facebook page, plus folks who donated, volunteered, ran, walked or cheered others on.  Medals were awarded to all finishers and to the winners in each age category.  An award was also given to the top fundraiser, Laurie March, whose son has T1D.  Plus, everyone who raised over $100 was put into a draw for event tickets and Graydon Elliot, from Ford of Canada, was the lucky winner.   

Over 300,000 Canadians live with T1D, and this number is increasing annually by three to five per cent. The greatest rise is in children five to nine years of age.  Everyone who supported the race helped kids like Jacob, who is 10 years old and was diagnosed with T1D when he was three.  His two favourite activities are hockey and baseball and he’s been playing in Oakville for the last three years.

“It would mean so much to me if there was a cure because every time I have a game or practice I have to make sure I eat right so my blood sugar doesn’t go low in the middle of a game.   It has happened a few times and I feel awful,” said Jacob.  “All my coaches take very good care of me, but a cure for diabetes would mean that I could just be a kid and worry about scoring goals, not my diabetes.”

T1D is an autoimmune disease in which a person’s pancreas stops producing insulin, a hormone that enables people to get energy from food. T1D usually strikes in childhood, adolescence or young adulthood, and lasts a lifetime. Just to survive, people with T1D must take multiple injections of insulin daily or continually infuse insulin through a pump. Taking insulin does not cure T1D nor does it prevent the possibility of the disease’s devastating effects: kidney failure, blindness, nerve damage, amputation, heart attack, stroke, and pregnancy complications. A person living with T1D requires approximately 1,463 needles a year (based on four per day) and 2,190 finger pokes a year to test their blood sugar.

“Every decision JDRF makes is driven by our commitment to transforming the lives of people with T1D-and delivering a cure – as soon as possible,” said Shelagh Barry, Regional Manager, JDRF. “Community partnerships, such as the international collaboration with Ford Motor Company ensure that we can continue to generate strong results and deliver life-changing differences to those facing the everyday challenges of T1D. It is for them that we challenge ourselves.  To give more, to do more, to achieve more.  To make a difference. Every day.”


FORD CANADA FAIT MORDRE LA POUSSIÈRE AU DIABÈTE
À vos marques, prêts? Aidez-nous à faire mordre la poussière au diabète de type 1 (DID), ce qui est exactement ce que près de 400 coureurs ont fait le samedi 28 avril 2012 pendant la Course pour vaincre le diabète de Ford, en soutien à la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile Canada (FRDJ Canada). La deuxième course annuelle, qui a eu lieu à Oakville, en Ontario, a recueilli plus de 40 000 $ pour aider à financer la recherche de classe mondiale dans le sud de l'Ontario.

Même s'il faisait un peu froid et nuageux, le parcours rapide et plat de 5 km a une fois de plus eu un franc succès, tant auprès des coureurs professionnels que des coureurs récréatifs et des marcheurs. Une foule d'employés Ford accompagnés de leurs amis et de leur famille se sont réunis au Coronation Park, la zone officielle de départ et d'arrivée de la course. Paul Monjanel, président de Crédit Ford Canada Limitée, était de nouveau présent à l'événement cette année et a donné le signal du départ officiel de la course. Bob Eaton, vice-président des Finances pour Ford Canada, était présent à sa première Course pour vaincre le diabète de Ford et a prononcé un bref discours au nom de Ford pour partir du bon pied. Kevin Flynn, député provincial d'Oakville, et Pam Damoff, conseillère municipale du quartier 2 d'Oakville, ont aussi participé.

« Ford Canada est fière d'être le commanditaire en titre de cet événement cette année encore. La FRDJ Canada est une formidable organisation que Ford soutient à l'échelle mondiale », a déclaré Bob Eaton, vice-président des Finances, Ford Canada. « Conjointement avec la FRDJ Canada, nous avons demandé votre aide pour amasser des fonds, car nous nous soucions des communautés dans lesquelles nous vivons, des personnes avec lesquelles nous travaillons, de notre famille et de nos amis. L'excellent soutien et la forte participation à cet événement ont prouvé le degré d'engagement de l'équipe de Ford Canada envers cette cause. »

Nous remercions particulièrement tous ceux qui ont soutenu cet événement : les personnes qui ont transmis aux autres coureurs les renseignements sur la course, qui en ont parlé sur Twitter ou qui l'ont mentionné sur leur page Facebook, ainsi que celles qui ont fait des dons, qui se sont portées volontaires, qui ont couru, marché ou encouragé les autres. Tous les finalistes et les vainqueurs de chaque groupe d'âge ont reçu une médaille. Un prix a aussi été décerné à Laurie March, la personne ayant recueilli le plus de fonds, dont le fils est atteint de DID. De plus, tous ceux qui ont amassé plus de 100 $ ont participé à un tirage afin de gagner des billets pour des événements et Graydon Elliot, de Ford Canada, a été l'heureux vainqueur.

Plus de 300 000 Canadiens souffrent de DID et ce chiffre augmente chaque année de trois à cinq pour cent. L'augmentation la plus importante a lieu chez les enfants âgés de cinq à neuf ans. Tous ceux qui ont soutenu la course ont aidé des enfants tels que Jacob, 10 ans, qui a reçu un diagnostic de DID à l'âge de 3 ans. Ses sports préférés sont le hockey et le baseball et il pratique les deux à Oakville depuis trois ans.

« Ça changerait ma vie qu'il y ait un remède, car chaque fois que je vais à une partie ou à une pratique, je dois m'assurer de manger comme il faut pour que mon taux de glycémie ne descende pas trop bas en plein milieu de la partie. C'est déjà arrivé quelques fois et je me sens très mal », a déclaré Jacob. « Tous mes entraîneurs prennent grand soin de moi, mais si l'on trouvait un remède au diabète, je pourrais mener une vie normale et me concentrer à compter des buts plutôt que sur ma maladie. »

Le DID est une maladie auto-immune qui empêche le pancréas de produire de l'insuline, une hormone qui permet au corps de métaboliser la nourriture en énergie. Le DID frappe généralement les enfants, les adolescents ou les jeunes adultes, et dure toute la vie. Simplement pour survivre, les personnes atteintes de DID doivent recevoir de multiples injections d'insuline tous les jours ou des perfusions par pompe. Le fait de prendre de l'insuline ne guérit pas du DID et n'empêche ses effets dévastateurs possibles : insuffisance rénale, cécité, lésion nerveuse, amputation, crise cardiaque, AVC et complications durant la grossesse. Une personne souffrant de DID reçoit environ 1 463 aiguilles par an (sur une base de quatre par jour) et 2 190 piqûres au doigt pour tester son taux de glycémie.

« Chaque décision prise par la FRDJ Canada est guidée par notre engagement à transformer la vie des personnes souffrant de DID et à trouver un remède – le plus tôt possible », a dit Shelagh Barry, directrice régionale de la FRDJ Canada. « Les partenariats communautaires, tels que la collaboration internationale avec Ford Motor Company, nous permettent de continuer à obtenir de bons résultats et à offrir des solutions qui changent la vie de ceux qui sont confrontés chaque jour aux défis posés par le DID. C'est pour eux que nous nous lançons ces défis. Pour donner plus, faire plus, obtenir plus. Pour faire la différence. Tous les jours. »


Yes
Yes
No
5/14/2012 6:00 AM